Internet modifie la pratique médicale, les habitudes des patients et leurs relations avec le milieu médical.

Le logiciel médical et les outils à disposition du milieu médical se dématérialisent.

Les patients, de plus en quête d’informations de plus en plus qualitatives, sont aussi demandeurs de plus d’ouverture et de facilité de contact.

Internet amplifie et simplifie la communication des praticiens et l’accès à l’information pour les patients qui veulent interagir avec leur praticien ou l’organisme médical qu’ils consultent.

Si le e-patient patient a des demandes et des besoins, le e-médecin aussi !

Images, vidéos, réseaux sociaux, e-communauté et e-réputation sont au cœur des préoccupations du médecin génération 2.0

Le praticien du 21e siècle doit être un e-médecin et donc un médecin-communiquant. Il vous sera impossible de consulter ou d’opérer et de gérer en même temps votre communication sur le web et ses différents outils.

54%* des patients résistent à la tentation de croire une information médicale lue dans le premier article surgi sur leur navigateur internet et préfèrent passer par un médecin. Pourquoi ne pas saisir l’opportunité et leur répondre via vos articles de blog ? Un chat en ligne ou Facebook ?

Pour devenir un e-médecin, vous avez besoin de trouver un chargé de projet adapté et spécialisé comme Antipodes Médical.

Le e-patient : un interlocuteur informé

Le chiffre clef : 49 % des français ont déjà recherché ou échangé des informations sur leur santé sur le web. Sur ces 49 %, un tiers environ échange via les forums, les communautés sociales et se communiquent des tuyaux, des adresses, recommandations, mises en garde, mauvais avis… Cet usage a bien évidemment un impact sur la relation médecin-patient.

Avant tout ce qu’attendent les patients c’est la prise de rendez-vous / devis en ligne. Ils souhaitent également pouvoir échanger avec leur médecin au moins par mail.
On note aussi une demande forte pour un site d’information ou un blog de leur médecin pour s’informer auprès de quelqu’un en qui ils ont confiance.

L’arrivée du web complète le paysage de la santé en France et renforce l’autonomisation du patient via l’accès à l’information et à la démocratisation du savoir médical. Conjugué aux échanges avec les pairs sur les réseaux sociaux, au suivi des actualités de la recherche, à la possibilité d’identifier personnellement l’offre de soins et les différentes alternatives thérapeutiques… vous êtes face à un patient connecté qui devient un interlocuteur informé !

* Etude TNS Sofres pour LauMa communication et Patients & Web, réalisée par téléphone entre le 4 et le 6 février 2013 : échantillon de 1 002 individus de 18 ans et plus, représentatif de la population nationale.